COSMOS Iconologie

COSMOS Iconologie

Cramoisi

 

 

 

 

 

Toi tu dors et toi là tu dors, vous avez bien raison, je ne sais plus laquelle s'est couchée la première,  et moi devant la télé avec pour compagnie les crampes à la nuque et l'occiput qui se butte contre le dossier rose.

 

 

Ce fauteuil en velours rose déjà était quand je jouais à tresser les cordons, vert mordoré disait mon père, c'était le fauteuil réservé à grand mère, le tabouret je m'y asseyais pour tresser, même vert même velours glands. Refait en héritage aux frais de mon père par un tapissier de Carpentras velours à grande fleur placée, cramoisi avait dit mon père. Il me semblait que c'était la couleur des pivoines dans les métaphores de la honte tu rougis comme une pivoine tu es cramoisie, cette honte physique qui se montre à tous même si on se sait innocent.

 

 

Après, les caméléons comme tous les reptiles, disait la voix, le caméléon a un sang froid, aussi cherche-t-il  la chaleur pour que ses cellules… Quelle dépendance ! et ces pattes d'une lenteur paralytique !..  je n'ai pas aimé la langue de plusieurs mètres qui se déroule soudain depuis son goitre comme un mirliton devenu épée et va happer gluant l'insecte et le rapatrier dans l'horrible machine à dissoudre vivant ;  la chitine craque entre les maxillaires stupides, l'immobile avale sa sauterelle qui bouge et disparaît. Il roule ses yeux montés sur rotules on ne parle pas la bouche pleine mais j'entends distinctement sa pensée quand il sent que je le réprouve : faut ben vivre !

 

 

Le film enseignait à ne pas trop se plaindre (l'humain) de sa faiblesse quand vieux.

Il y a partout dans le monde (les caméléons c'était Madagascar) des êtres qui n'ont qu'une ou deux ressources  et tout le reste malchance :  lui caméléon deux la langue pour dévorer le camouflage pour ne pas être dévoré.

 

 

Et le rouge de la honte dans tout ça ?  Est-ce un procédé biologique finalisé  pour justement ne pas rester de sang froid ? Je trouve que ce déguisement non souhaité, indépendant, ça vous met tout de suite en vue comme coupable, donc dévorable. Ainsi de celle qui rougit comme une pivoine. Le caméléon quand il est déçu de femelle ou dominé par un autre très-lent, alors grimpant l'un au dessous de l'autre aussi lentement le long d'une tige, le déçu ou le dominé devient totalement noir - à vrai dire d'un beau brun violet saturé où se voient encore les stries innombrables de sa peau.

 

 

Ainsi les très grandes toiles noires de Soulages miroitaient de toutes les stries de la brosse dans la pâte, de plus il s'y mêlait car la surface était brillante les reflets bruns roux du parquet et tout changeait à mesure que je m'avançais le long de ce merveilleux mur qu'il avait peint, comme on voit changer les ors et les bruns dans les mosaïques de Ravenne et ce bleu clair ou céladon ou jade.

 

Elles datent du cinquième siècle état neuf ; c'est moins ancien que l'espèce caméléonne mais plus inventif tout compte fait, car la mosaïque a vaincu le handicap majeur, plus pénible que d'être lent quand on est reptile, l'immobilité absolue du figé. Les siècles passent rien ne se défait, les saints en blanc l'impératrice en chasuble n'ont pas cligné ; or les gens passent en bas et cela scintille comme une nuit de lucioles et les formes se transforment et les couleurs basculent selon que les petits cubes d'or s'allument à droite ou à gauche.

 

 

 

- - - - -



18/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres