COSMOS Iconologie

COSMOS Iconologie

David et Bethsabée

 

 

 

L'histoire assez laide de David et Bethsabée est racontée dans la Bible,
au 2° livre de Samuel, chapitres 11-12.

 

Un soir, le roi David qui se promenait sur la terrasse de son palais aperçut une femme d'une grande beauté qui prenait un bain. Bethsabée était l'épouse d'Urie le Héthien ou Hittite, un officier de son armée en campagne.

David tomba amoureux de Bethsabée. Il se renseigna sur elle et lui écrivit un message. Il la fit venir au palais. Ils allèrent dans la chambre du roi, et succombèrent à la tentation. Quelques temps après, elle s'aperçut qu'elle était enceinte et le fit savoir au roi.

 

Pour cacher sa faute et éviter d’être tous les deux condamnés à mort, David fit venir Urie du champ de bataille sous prétexte d'avoir des nouvelles de la guerre mais surtout parce qu'il voulait qu'Urie partage la couche avec sa femme. Urie refusa d’entrer chez lui car ses compagnons d’arme continuaient à mener une vie dure sur le champ de bataille. Alors le roi le fit boire, mais Urie persista à coucher dehors.

 

David écrivit alors à Joab, le chef de son armée, pour qu'Urie fût mis en première ligne. Il y perdit la vie, bien entendu. Tranquillement, après la période de deuil, David épousa Bethsabée.

 

Le prophète Nathan vint lui reprocher ses fautes : adultère et meurtre. David eut beau se repentir, Nathan lui annonça de nombreux malheurs à venir.

 

David, averti de la mort prochaine du bébé,  pria durant de longs jours en jeûnant, mais son fils mourut. De plus Ammon, son fils aîné, fut assassiné par son frère Absalon, qui fut tué à son tour lors d'une émeute.

Plus tard David et Bethsabée furent pardonnés par Dieu. Pardonner, c'est peu dire ! car ils eurent un autre fils, ce fut le fameux roi Salomon.

 

Et le comble, c'est que le Messie attendu devait être "fils de David", et les Evangiles firent des généalogies pour accréditer le fait que Jésus (par son père Joseph, purement adoptif !) était bien "de la maison de David".

Cette glorification d'un homme aussi infâme, dont le Livre raconte toutes les aventures sans rien cacher, montre que le Dieu mène son histoire sainte avec les hommes qu'il veut. La généalogie comporte du reste plusieurs femmes qui n'étaient pas même juives ou jouèrent un rôle douteux. Deus escreve direito per linhas tortas.

 

 

 

Les peintres, ces vieux cochons, se moquaient pas mal de la lecture théologique de cet épisode : il y avait de la femme à poil, du désir, une scène de toilette en plein air, c'était bon. Je vais commencer par un peintre pompier appelé Gérome.

 

 

0- Gerome_bethsabee à poil  BD.jpg

 

 

Commençons par Bethsabée au bain; dans l'immense iconographie, je choisirai seulement Rembrandt. Son système de clair-obscur poussé à l'extrême lui permet de transfigurer la blancheur de la femme nu et de laisser à peine deviner, à gauche, le château d'où le roi la mate.

 

 

1- Rembrandt_Toilette de Bethsabée   BD.jpg

 

Paolo Fiammingo, chantre des amants, montre ici le roi à son balcon; bien entendu il est au second plan, nous devons d'abord admirer cette belle femme, qui d'ailleurs est à peine dévêtue.

 

 

2 - Paolo fiammingo_Betsabea observée par David.jpg

 

Ensuite, elle reçoit la lettre du roi. Voici Rubens. La narration est soignée, il n'y a aucun mystère. Le petit courrier black voit ses beaux seins mais il regarde ses yeux : boulot boulot.

 

 

3 - Rubens_Bethsabée reçoit la lettre   BD.jpg

 

Le même moment par Rembrandt encore. Elle est derechef à poil, montrant ces chairs typiques de Rembrandt, avec un peu de ventre. Elle tient la lettre en main, la servante persiste à lui laver les pieds, la femme la regarde pensivement. Son visage (elle a déjà été magnifiquement coiffée) n'a jamais été aussi beau. Le lettre étant un peu froissée, cela prouve qu'elle l'a lue. Son demi sourire évoque une très jolie femme flattée d'avoir un admirateur.

 

 

3 - Rembrandt_Bethsabee_tient la lettre  Louvre 1654  BD.jpg

 

 

Le précieux Jan Massys invente une visite du roi, très courtois. Même quand elle reçoit un prince en belle tenue avec son lévrier (qui coquette avec le chien-chien de la dame),

elle persiste à se présenter quasiment nue. Au fond, elle est ravie, prête à céder. Ses deux servantes ont des regards coquins et complices.

 

 

3 - Jan Massys_David-et-Bethsabée   BD.jpg

 

 

Le modeste talent d'une certaine Angelika Kauffmann s'est concentré sur les reproches du prophète Nathan au roi coupable. Elle a fait figurer près de lui sa harpe : il ne faut pas oublier que la Bible attribue une grande quantité des Psaumes à David. A part cele, pas de décor, un espace resserré, comme chez Caravage; un huis clos où l'homme de Dieu a affaire à un pauvre homme accablé de culpabilité.

 

 

 

Angelika Kauffmann-Nathan   BD.jpg

 

 

Je n'ai trouvé qu'une représentation des amants pleurant leur bébé mort. Par un Hollandais Salomon Koninck.

 

 

4 - Salomon_Koninck_Batsheba pleure la mort de son fils_1640 Coll.   BD.jpg

 

 

Voilà. Je n'ai pas voulu m'étendre sur la pléthore de tableaux sensuels, décoratifs, pleins de gens inutiles, qu'inspirait le seul intitulé de Bethsabée au bain.

 

Tant pis pour ceux que la rubrique "Bible sensuelle" a pu aiguiller dans cette direction !

 

 

- - - - -



12/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres